e-Marin’lab, une plateforme d’enseignement en ligne sur les sciences de la mer

Ouverte en septembre 2015, la plateforme e-Marin’lab de Sorbonne Universités propose quinze premiers modules sur les sciences de la mer et l’histoire maritime pour les enseignements de licence. Ce projet illustre tout l’intérêt du multimédia pour renouveler les pratiques pédagogiques et faciliter les apprentissages, particulièrement face à une génération d’étudiants baignant dans le numérique depuis le plus jeune âge.

e-Marin’lab a le vent en poupe. Porté par deux enseignants-chercheurs de l’Observatoire océanologique de Banyuls-sur-Mer (Université Pierre et Marie Curie), Yves Desdevises et Raphaël Lami, ce projet d’e-learning sur les sciences de la mer était une des innovations pédagogiques lauréates de l’appel à propositions lancé en 2014 par Sorbonne Universités pour renouveler les méthodes d’enseignement en licence et lutter contre l’échec des étudiants. A l’origine, l’objectif était de produire treize modules d’e-learning pour la rentrée 2015. Finalement, e-Marin’lab propose d’ores et déjà quinze modules d’une à deux heures de cours, organisés par grandes thématiques : observer les écosystèmes marins, explorer la physiologie et la biologie des organismes marins, valoriser les ressources marines, découvrir l’histoire maritime, etc. Et leur nombre devrait s’élever à une vingtaine dès fin novembre… pour atteindre la cinquantaine fin juin 2016 ! 

Une quarantaine d’enseignants-chercheurs impliqués

Dans l’intervalle, les partenaires du projet se sont en effet multipliés. « Tout s’est fait sur la base du volontariat, explique Yves Desdevises. Dans un premier temps, une vingtaine d’enseignants des trois stations marines de l’UPMC (Banyuls-sur-Mer, Villefranche-sur-Mer et Roscoff), du campus de Jussieu et du Muséum national d’histoire naturelle se sont portés candidats pour développer des contenus numériques. Puis, peu à peu, d’autres collègues de l’UPMC et du Muséum nous ont rejoints, et l’Université Paris-Sorbonne s’est associée au projet en collaboration avec l’Ecole navale de Brest. Aujourd’hui, la plateforme réunit une quarantaine de contributeurs. »

À l’issue de la première phase du projet, financée dans le cadre du Collège des licences de la Sorbonne, Sorbonne Universités a d’ailleurs réitéré son soutien au programme : e-Marin’lab fait partie des lauréats de l’appel à propositions du printemps 2015 pour étoffer l’offre d’enseignements numériques de la communauté. Le projet peut donc poursuivre son développement et même s’étendre au-delà de la licence, puisque cet appel d’offres concernait aussi les masters et la formation continue. De plus, il va s’internationaliser : des partenariats ont été engagés avec des universités en Espagne, en Inde et au Canada pour mutualiser des contenus numériques sur les sciences de la mer.

Réinventer les pratiques pédagogiques

Ce qui explique l’ampleur prise par cette initiative ? En premier lieu, la qualité du projet pédagogique qui la sous-tend. Des cours sous forme audio ou textuelle étayés de multiples supports (photos, cartes, infographies, animations, vidéos…), des interviews d’experts, des travaux pratiques croisant séquences filmées et exercices interactifs, des quiz d’autoévaluation, des liens sur des publications scientifiques pour en savoir plus… e-Marin’lab illustre bien tout le potentiel offert par le multimédia pour dynamiser les pratiques d’enseignement et faciliter les apprentissages. « L’idée n’est évidemment pas de supprimer les cours présentiels, souligne Yves Desdevises. Elle est d’intégrer ces modules dans des UE de licence existantes – ce que les enseignants-chercheurs vont faire dès cette année – et, à terme, d’utiliser chaque méthode d’enseignement pour ce qu’elle a de plus efficace : le numérique pour le travail personnel, les cours classiques pour les interactions, c’est-à-dire pour répondre aux questions des étudiants. » L’e-learning permet en effet aux étudiants de se former à leur rythme, de s’autoévaluer, voire de travailler en groupe et, in fine, d’être davantage acteurs de leurs apprentissages. « Ce d’autant plus qu’il favorise la pratique des cours inversés, note Raphaël Lami : pour préparer en amont un sujet que l’enseignant approfondira ensuite en cours, il est plus facile pour les étudiants de s’appuyer sur un parcours multimédia conçu en fonction de leurs besoins que de compulser des livres. En suivant un TP virtuel sur e-Marin’lab, par exemple, ils peuvent commencer à se familiariser avec les travaux pratiques qu’ils auront à réaliser en présentiel, ce qui est plus profitable pour eux. » 

Une équipe de professionnels pour accompagner les enseignants

Autre raison du succès d’e-Marin’lab : le process adopté pour son développement. Concevoir des modules d’e-learning ne s’improvise pas. Pour mettre en forme les contenus fournis par les enseignants-chercheurs, les porteurs du projet ont donc recruté des graphistes webdesigners, des développeurs et une ingénieure pédagogique, chargée tout à la fois de coordonner l’équipe et de définir avec les enseignants l’approche pédagogique la plus appropriée pour transmettre leurs savoirs aux étudiants. Pour la deuxième phase du projet, d’ici à mi-2016, un second ingénieur pédagogique sera recruté. Objectif : mettre encore davantage l’accent sur la qualité pédagogique des enseignements et favoriser le développement de classes inversées et de pédagogies actives. 

« Les enseignants volontaires pour participer au projet ont été d’autant plus nombreux que l’accompagnement proposé par cette équipe leur facilite la tâche, souligne Yves Desdevises. Mais l’enjeu est aussi de leur transférer les compétences nécessaires pour qu’ils puissent actualiser eux-mêmes leurs cours, voire en produire certaines parties. Ce sera une condition indispensable pour faire vivre et pérenniser la plateforme. »

Étudiants, n’hésitez pas à tester e-Marin’lab !

Pour vous inscrire sur e-Marin’lab et obtenir un compte utilisateur, envoyez un mail à : 

contact.emarinlab@obs-banyuls.fr, en précisant vos nom, prénom et adresse mail académique.
Vous recevrez sous trois jours un mail de notification avec vos identifiants.  

Votre avis nous intéresse : n’hésitez pas à tester la plateforme et à nous faire part de vos remarques.

Votre contact : Sylvie Gastineau.