© Sorbonne Universités
MUSÉE DE L'HOMME

Succès pour le colloque de lancement du projet MH@SU

MH pour Musée de l’Homme, SU pour Sorbonne Universités. Le projet MH@SU vise à faire du Musée de l’Homme, qui, après six ans de travaux, rouvrira ses portes en octobre 2015, une plateforme de recherche et de formation commune à l’ensemble des scientifiques de Sorbonne Universités. Son lancement a fait l’objet d’un colloque, le 20 février 2015.

Plus de 120 personnes de différents établissements de Sorbonne Universités ont participé au colloque sur la plateforme MH@SU, signe de l’intérêt suscité par ce projet. Et pour cause ! Le Musée de l’Homme, qui fait partie du Muséum national d’Histoire naturelle, possède des collections exceptionnelles tant par le nombre de spécimens que par les aires géoculturelles et les périodes couvertes : 500 000 objets de la préhistoire, dont des ensembles uniques d’art mobilier, plus de 30 000 ensembles de restes humains fossiles comme le crâne de Néandertal et de Cromagnon, 600 moulages anthropologiques illustrant la diversité humaine, 4 500 objets ethnographiques jalonnant l’appropriation de la nature par les sociétés humaines, des échantillons d’ADN, des enregistrements sonores et audiovisuels témoignant de l’activité socioculturelle de communautés très diverses… Sans compter un riche centre documentaire sur les sciences de l’Homme et des plateaux techniques de pointe, par exemple pour l’imagerie en 2D et 3D. Des historiens et historiens de l’art aux sociologues et philosophes, en passant par les biologistes, les spécialistes d’environnement ou de santé, l’accès à ces ressources de premier plan peut intéresser des chercheurs et enseignants-chercheurs de nombreuses disciplines au sein de Sorbonne Universités. 

Un tremplin vers plus d’interdisciplinarité

Le colloque était articulé autour de trois temps forts :

  • la présentation des fonds et moyens techniques du musée, qui seront accessibles à la communauté via une application de soumission de demande ;
  • une conférence de Jean-Jacques Hublin, paléoanthropologue et directeur scientifique au Max Planck Institute (Allemagne), sur le décryptage du génome de l’homme de Néandertal : Néandertal décodé ;
  • et, enfin, deux tables rondes thématiques consacrées à ce qui constitue l’enjeu de fond de MH@SU : impulser des projets interdisciplinaires innovants et une dynamique collaborative de recherche. La première a porté sur l’évolution humaine (anthropologie génétique, préhistoire, archéopathologie, évolution, adaptation biologique et culturelle…), la seconde sur le patrimoine et la patrimonialisation (patrimoine et usages locaux, conservation, analyses, numérisation et gestion des données…). Toutes deux ont permis de présenter des travaux fondés sur la mise en commun de moyens de recherche, notamment dans le cadre du programme Convergence de Sorbonne Universités, dont le volet Sciences et patrimoine culturel comporte plusieurs projets impliquant le Muséum et d’autres établissements de la communauté. Des chercheurs de différentes entités de Sorbonne Universités sont ainsi venus témoigner des bénéfices de la mutualisation des ressources et des compétences. Les échanges ont été très riches, preuve des perspectives ouvertes par le projet MH@SU, qui fait partie des opérations structurantes financées par le programme SATSSU (Soutien à des actions transversales structurantes Sorbonne Universités).