© Bertrand Clech - Forum Phénix d’avril 2015 au cours duquel les étudiants ont rencontré les entreprises partenaires du programme avant de déposer leurs candidatures.

Opération Phénix 2015 : Sorbonne Universités représente les deux tiers des recrutements

Chaque année depuis 2007, l’opération Phénix permet à des jeunes titulaires d’un master en lettres et sciences humaines ou en sciences d’accéder à des postes de cadres dans de grandes entreprises. Sur les dix-sept recrues de la campagne 2015, onze sont diplômées d’établissements de la communauté : neuf de Paris-Sorbonne et deux de l’Université Pierre et Marie Curie.

Responsable du marketing digital pour une grande marque, chef de publicité dans une banque, spécialiste de l’exploitation de données dans une compagnie d’assurances, chargé d’études dans un institut de sondage, auditeur financier dans un cabinet de conseil… En France, la plupart des jeunes formés à l’université n’imaginent guère postuler à ce type d’emplois, pour lesquels les entreprises recrutent plutôt dans les écoles de commerce ou d’ingénieurs.

L’opération Phénix s’inscrit contre cette tendance. Lancée en 2007 à l’initiative du cabinet d’audit et de conseil PricewaterhouseCoopers France (PwC) et d’une poignée de grandes entreprises et d’universités, dont Paris-Sorbonne, elle repose sur la conviction que les diplômés de l’université possèdent des compétences précieuses pour l’entreprise (culture générale, esprit de synthèse, sens critique…), auxquelles les recruteurs ont tout intérêt à faire appel pour diversifier leurs équipes et gagner en créativité. 

Tous les ans au printemps, les groupes partenaires de Phénix proposent donc un certain nombre de postes de cadres en CDI ou CDD à des étudiants inscrits en master ou ayant obtenu ce diplôme au cours des deux années précédentes. Pour faciliter leur insertion et leur permettre d’être rapidement opérationnels, les jeunes sont embauchés en contrat de professionnalisation : durant la première année de leur recrutement, ils suivent un master 2 Métiers de l’entreprise en alternance, comportant 357 heures de cours sur l’environnement économique et la vie des entreprises.

Paris-Sorbonne parmi les piliers de l’opération

Partie prenante de Phénix dès sa première édition, Paris-Sorbonne en demeure l’un des piliers. Jusqu’à présent, c’est l’établissement qui a fourni le plus grand nombre de candidats et de recrues aux entreprises partenaires : 40% des quelque 200 jeunes diplômés embauchés lors des huit premières campagnes (2007-2014) en étaient issus et, en 2015, Paris-Sorbonne représente plus de la moitié des recrutements. « Chaque année, le bureau d’aide à l’insertion professionnelle de l’université se mobilise fortement pour promouvoir l’opération auprès des étudiants, explique Florence Filliatre, coordinatrice de l’opération à Paris-Sorbonne. Et, surtout, il les accompagne pour répondre aux offres d’emplois et préparer les entretiens avec les recruteurs. » 

Paris-Sorbonne est également chargée de valider que les étudiants déposant leur candidature, quelle que soit leur université d’origine en France, sont bien inscrits en M2 ou ont obtenu ce diplôme récemment. Enfin, c’est son service de formation continue qui délivre le master 2 Métiers de l’entreprise aux étudiants recrutés.

Initialement réservée aux diplômés en lettres et sciences humaines et sociales, l’opération est à présent ouverte aux masters scientifiques. Désormais, l’Université Pierre et Marie Curie encourage donc également ses étudiants à y participer et les accompagne pour postuler. En 2015, pour sa première année de participation au dispositif, elle a totalisé vingt-cinq candidats, dont deux ont été recrutés. 

 

© Bertrand Clech