Une expérience à faire valoir auprès des recruteurs

Au mois d’avril dernier se tenait la première session de l’édition 2015 des Doctoriales® de Sorbonne Universités. Témoignage de Fabio Benedetti, doctorant en deuxième année à l’UPMC (ED129), sur une bourse d’un programme européen, le KIC-Climat.

Vous travaillez à l’Observatoire d’Océanographie sur la biogéographie du zooplancton en Mer Méditerranée, qu’est qui vous a motivé à participer aux Doctoriales® de Sorbonne Universités ?

En fait, le KIC-Climat est une initiative de l’Union Européenne qui encourage les doctorants, de disciplines extrêmement éparses, à se rencontrer et développer des idées de solution, des business plan, autour des problématiques sociétales posées par le changement climatique. Dans le cadre de mon contrat, je suis amené à suivre diverses formations dans cette perspective. Les Doctoriales® de Sorbonne Universités en font partie. 

Quelles ont été vos appréhensions avant de commencer ?

Comme j’avais déjà une petite idée du contenu et du format, je n’avais pas d’appréhensions particulières, si ce ne sont celles (naturelles) de la charge de travail (pas déçu de ce point de vue), et de devoir travailler rapidement en groupe avec des inconnus. Ce type de formation peut faire peur, surtout pour des doctorants comme moi qui se destinent plutôt à une carrière académique. Mais il ne faut pas avoir peur de se lancer, car il y aura toujours quelque chose à en tirer. J’y suis allé dans cette optique : prendre ce qu’il y a à prendre et rencontrer de nouvelles personnes. 

Comment se sont déroulées les journées pendant le séminaire ? Quelles sont les séances que vous avez préférées? 

Les journées sont intenses ! Les présentations des intervenants et les tables rondes sont séparées par les quelques pauses et le travail de groupe encadré par les coachs (toujours sympas). Le dîner précède toujours le travail en groupe qui peut facilement se terminer au-delà de minuit. 

Ma séance préférée a été (comme beaucoup) le cours de prise de parole par les comédiens ! Je trouve vraiment que ce type d’exercice est très enrichissant, quels que soient les parcours et les perspectives de carrière. Le séminaire sur la propriété intellectuelle est très informatif aussi. Les soutenances devant le panel d’experts ont été excitantes à suivre ! 

Que retiendrez-vous de cette participation ? 

Pour commencer, de très bons moments de travail en groupe (qui sont formés au préalable et qui visent à mélanger divers parcours). On retiendra surtout les nombreux acquis qu’un doctorant peut faire valoir au moment de sa recherche d’emploi. Je me suis rendu compte qu’il ne fallait pas forcément sortir d’HEC pour pouvoir lancer sa start-up. C’est essentiellement une affaire de personnes et d’idées. Si l’idée est bonne et que l’équipe qui la défend est adaptée… De «non jamais », un doctorant peut être amené à se dire «et pourquoi pas ? ». Je pense que c’est le but principal de ce genre ce formation.   

Conseilleriez-vous aux doctorants d'y participer ? Pourquoi ?

Je conseillerai tout d’abord à tout étudiant désireux de lancer sa start-up d’y participer : les étapes clés de ce processus sont bien expliquées, les outils sont décrits et des contacts précieux peuvent y être faits.

Puis, je conseillerai aussi les Doctoriales® aux doctorants qui n’ont pas spécialement envie de se lancer là-dedans, car on y apprend des concepts, des méthodes de travail et des façons de présenter qui pourront être essentielles pour rédiger et défendre un projet scientifique. Le concept de business plan, par exemple, est tout à fait applicable à des projets scientifiques, qui n’appellent pas forcément à de la recherche appliquée. Il est important de sortir du contexte scientifique pur et dur et d’apprendre à communiquer sa science aux autres maillons de la société. 

Étant donné le contexte économique actuel et les faibles investissements que connaît  la recherche, je trouve important que les doctorants (qui ont un profil très valorisant) considèrent d’autres voies. Aussi, ce type de formation est à faire valoir lors de futurs entretiens avec des recruteurs.