Exemple de relevé © PLEMO 3D

Pilotage d'OPUS

Pilotage d'OPUS

Le patrimoine au coeur d’enjeux croissants

La notion de patrimoine est au centre d’enjeux sociaux croissants. Autrefois définie par des autorités émanant des États, et donc très normée, elle n’a cessé de s’élargir au fil du temps : des collections de musées aux parcs naturels, des sites archéologiques aux langues autochtones, de la littérature aux produits du terroir, de la musique aux patrimoines biologiques, génétiques...

Aujourd’hui, des communautés revendiquent leurs propres patrimoines à des fins très diverses : par exemple, affirmer leur identité, nourrir un combat politique, développer le tourisme et leur économie… Partout dans le monde, les phénomènes de patrimonialisation s’accentuent.

OPUS est né du constat que Sorbonne Universités dispose sur ces questions patrimoniales de compétences scientifiques de haut niveau, avec une palette exceptionnelle d’expertises et de moyens techniques, dont la complémentarité constitue un atout majeur pour se renforcer en matière de recherche, de diffusion des savoirs, et de gestion, conservation et valorisation des collections.

Un positionnement inédit

OPUS a adopté quatre lignes directrices qui, conjuguées, définissent une structure originale dans le paysage scientifique :

  1. Traiter des objets patrimoniaux dans toute leur diversité. Matériels ou immatériels, culturels ou naturels, tous obéissent à une définition commune : ce sont des biens collectifs hérités du temps long, investis d’un impératif de transmission aux générations à venir et donc appelant une protection.
  2. Cultiver l’interdisciplinarité pour faire éclore des recherches et des formations novatrices.
  3. Mener une veille active sur l’évolution de la notion de patrimoine et les phénomènes de patrimonialisation pour mieux en saisir les ressorts — d’où son nom d’ « Observatoire des patrimoines ».
  4. Affirmer l’utilité sociale des travaux de Sorbonne Universités sur le patrimoine, en restituant plus largement l’expertise qui en découle à la société.

Les forces de Sorbonne Universités

> Près de 70 structures de recherche et de formation travaillant sur des sujets relatifs aux patrimoines.

> De riches collections naturalistes, ethnographiques, anthropologiques, zoologiques, scientifiques et techniques, médicales, et documentaires, ainsi qu’une forte dimension muséologique.

> Des moyens techniques de pointe, tels Plemo 3D, plateforme de numérisation et modélisation 3D d’objets et monuments ; MH @ SU, plateforme de recherche et formation sur l’évolution humaine du Musée de l’Homme ; outils mobiles d’analyse non invasive des matériaux du Laboratoire d’archéologie moléculaire et structurale…

> Des liens en construction avec d’autres institutions patrimoniales, comme la Bibliothèque nationale de France (BnF), le Musée du Quai Branly et le Musée d’Orsay.

Pilotage d'OPUS

Porteurs d'OPUS

Dominique Guillaud, directrice de recherches à l’IRD, chercheur au laboratoire Patrimoines locaux, environnement et mondialisation (PALOC UMR 208)

 

Jean-Pierre Van Staëvel, professeur à Paris-Sorbonne, chercheur à Orient et Méditerranée (UMR 8167)

 

Philippe Walter, directeur de recherches au CNRS, directeur du Laboratoire d’Archéologie moléculaire et structurale (LAMS UMR 8220)

Comité de pilotage d'OPUS

Dominique Guillaud, Jean-Pierre Van Staëvel et Philippe Walter

Didier Alexandre, professeur à Paris-Sorbonne, directeur du LabEx Obvil, chercheur au Centre d’étude de la langue et de la littérature françaises (CELLF UMR 8599)

Laurence Lestel, chargée de recherches au CNRS, chercheur au laboratoire Milieux environnementaux, transfert et Interactions dans les hydrosystèmes et les sols (METIS UMR 7619)

Mélanie Roustan, maître de conférences au MNHN, chercheur au laboratoire Patrimoines locaux, environnement et mondialisation (PALOC UMR 208)

Dany Sandron, professeur à Paris-Sorbonne, chercheur au Centre André Chastel (UMR 8150)