Photo de Jérémy Lavigne
© UPMC – Pierre Kitmacher

Jérémy Lavigne

Etude des effets secondaires de la radiothérapie thoracique sur les tissus sains pulmonaires.

Changements phénotypiques des cellules endothéliales irradiées au cours du développement des lésions radiques pulmonaires

Le cancer, on connait tous sa triste réputation mais à quoi correspond concrètement cette maladie ? Les cellules cancéreuses sont en réalité des cellules chez qui tout ne tourne plus bien rond. Elles se mettent à fonctionner à plein régime, à proliférer sans retenue et ont la mauvaise manie de remanier leur microenvironnement comme bon leur semble.

Heureusement les médecins ont un certain nombre d’atouts en main pour endiguer ce fléau. Parmi eux, la radiothérapie est celui qui m’intéresse au cours de ma thèse. Cette technique correspond à l’utilisation de radiations pour détruire ces cellules. Malheureusement cette technique n’est pas sans risque pour les tissus sains à proximité, ce qui peut conduire au développement de lésions plus ou moins sévères. Dans le cadre de la radiothérapie thoracique, utilisée pour le traitement de cancers du sein ou du poumon, les patients peuvent en particulier développer une fibrose pulmonaire. C’est-à-dire une cicatrisation anormale des tissus lésés qui conduit ainsi à une altération de la fonction pulmonaire.

Actuellement aucun traitement réellement efficace n’existe pour guérir la fibrose. Mon objectif est donc de comprendre les mécanismes cellulaires mis en jeu dans l’apparition de cette pathologie au niveau pulmonaire. Ainsi je m’intéresse en particulier aux conséquences de l’irradiation sur les cellules endothéliales qui composent la paroi interne des vaisseaux sanguins, et au devenir de ces cellules sur le long terme.