Photo d'Emilie Mathieu
© UPMC – Pierre Kitmacher

Émilie Mathieu

Des molécules mimes d'antioxydants pour lutter contre l'inflammation.

Complexes de Mn(II) à activité anti-oxydante : conception et étude sur des modèles cellulaires des maladies inflammatoires. Étude de localisation sub-cellulaire

Au sein des organismes vivants il existe un flux permanent d’espèces oxydantes dérivées du dioxygène (ROS) produites lors de la respiration cellulaire. En raison de leur toxicité à forte concentration, les ROS sont régulées au sein des cellules via des molécules antioxydantes ou des enzymes comme les SuperOxyde Dismutases (SODs).

Lorsque ces mécanismes de contrôle sont dépassés on parle de stress oxydant. Celui-ci est impliqué dans de nombreuses maladies, notamment les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI). L’utilisation thérapeutique de SODs a jusqu’ici échoué du fait de leur taille trop élevée pour pénétrer dans les cellules.

L’idée nouvelle est de concevoir des petites molécules bioinspirées mimant l’activité des SODs et pouvant atteindre le site de production des ROS dans les cellules.

Au laboratoire, nous développons de telles molécules, contenant un atome de manganèse comme centre actif. Nous testons leur efficacité sur des modèles cellulaires ou animaux des MICI. Puis des techniques de pointe permettant de regarder à la loupe ces molécules dans les cellules sont utilisées afin d’étudier leur modifications éventuelles et leur localisation précise. Ces informations cruciales permettent de comprendre leur mode d’action et de développer de nouvelles molécules plus efficaces.