Photo de Corentine Marie
© UPMC – Pierre Kitmacher

Corentine Marie

Rôle de CHD7 dans la formation des gaines de myéline.

Le cerveau est le centre de commandement du corps. Il permet le contrôle du mouvement, mais aussi de la mémoire, du langage, du raisonnement... Ce contrôle est possible grâce à une communication permanente entre le cerveau et les différents organes du corps, via des cellules appelées neurones. Lorsque je joue au tennis et que la balle arrive dans ma direction, mes yeux envoient un message au cerveau via des neurones. Mon cerveau intègre ces informations, les analyse et envoie des messages (par l’intermédiaire d’autres neurones) aux muscles de mes bras. Je peux alors renvoyer la balle. Mais seulement à la condition que tous ces messages soient transmis assez rapidement.

Pour cela, les neurones disposent d’un outil indispensable : les gaines de myéline. Ces gaines entourent les prolongements des neurones et permettent aux messages de se propager 100 fois plus vite. Elles sont aussi indispensables à la protection des neurones. En effet, dans la Sclérose en plaques, ces gaines de myéline sont détruites et les neurones ne sont plus protégés. Il est donc essentiel de comprendre comment ces gaines peuvent être réparées, avant que les neurones ne soient détruits. Pour cela, nous étudions comment les cellules qui produisent la myéline sont générées et nous déterminons quels sont les facteurs qui interviennent dans la formation de ces gaines. Durant ma thèse, je me suis intéressée à Chd7, l’un de ces facteurs. Mon but est de comprendre quel est son rôle dans ces cellules et à quel point il est important pour la production de myéline.