Timothée Baudequin (UTC)

Timothée Baudequin, UTC, sciences de l'ingénieur

Un pansement vivant pour la reconstruction du visage

Un accident de la route, une morsure de chien… Comment redonner un visage aux défigurés ? Une des étapes est la reconstruction des os, et c’est le cœur de mon projet. Il repose sur un cycle : on prélève des cellules chez le patient, puis on les cultive en laboratoire sur un matériau judicieusement choisi pour qu’elles produisent de l’os. Enfin, on réimplante le mélange cellules-matériau chez le patient pour consolider les parties abîmées de son visage, et ainsi aider son autoréparation. La boucle est bouclée ! C’est le concept de l’ingénierie tissulaire.

Pour que ces soins soient efficaces, il faut vérifier que l’on obtient bien de l’os d’un point de vue biologique. Mais encore faut-il qu’il soit également pratique à utiliser par les chirurgiens ; dans le cas contraire, il ne sert à rien ! Nous échangeons donc régulièrement avec eux, notamment l’équipe du Pr. Devauchelle à l’origine de la toute première greffe de visage, afin de définir les propriétés les plus pertinentes.

En l’occurrence, je travaille sur une forme de « pansement vivant ». Les cellules fabriquent de l’os sur un matériau fin et plat, une feuille de fibres (comme du papier, mais faite d’une autre matière). Les chirurgiens peuvent alors la plier en fonction de la géométrie de chaque visage pour venir l’appliquer sur les os et renforcer les zones de fractures. Mon objectif est de trouver les matériaux les plus performants pour améliorer ainsi la vie des patients.