Marie Amalric (UPMC)

Marie Amalric, UPMC, cerveau, cognition, comportement

Étude par imagerie cérébrale des mécanismes d’apprentissage de règle et de concepts mathématiques abstraits

Nous sommes tous des « mathématiciens en puissance ». De récentes recherches ont montré que chaque individu dispose, dès la naissance, de deux ingrédients essentiels à l’activité mathématique : des connaissances primitives relatives au nombre et à l’espace ; et la capacité d’apprendre implicitement les règles structurelles qui régissent un domaine perceptuel ou conceptuel. Par exemple, dès qu’il sait compter, un enfant découvre spontanément que les nombres peuvent être ordonnés en ligne.

Pourtant, les mathématiques sont souvent boudées à l’école et les méthodes par lesquelles elles sont enseignées souvent mises en défaut. Toutefois, l’efficacité de ces méthodes et des moyens consacrés à l’éducation de millions d’individus dans le monde seraient améliorées par une meilleure connaissance de la manière dont notre cerveau apprend. Dans cet objectif, mon travail consiste à étudier le mécanisme, encore inconnu, de l’apprentissage implicite de principes structurels ; et à comprendre comment notre cerveau conçoit, à partir de nos intuitions de base, les objets mathématiques plus abstraits notamment appris à l’école.

Grâce à des techniques d’imagerie cérébrale et à la participation à mes expériences de personnes aussi diverses que des mathématiciens ou de jeunes enfants, je cherche à caractériser les zones du cerveau activées par la réflexion mathématique, et à décrire l’évolution de l’activité cérébrale d’un individu à mesure que celui-ci comprend une règle ou un énoncé abstrait.