Élodie Rousset (UPMC)

Élodie Rousset, UPMC, chimie moléculaire

Architectures radiales pour la photosynthèse artificielle et le stockage de l’information

Devant la demande croissante en technologies à la fois petites et performantes, l’émergence des nanotechnologies occupe une place de choix dans la recherche mondiale. Travaillant à l’échelle de la molécule, la chimie apporte une réponse pertinente dans ce domaine par le développement de molécules fonctionnelles combinant une ou plusieurs propriétés.

Ma thèse vise à concevoir ce type de molécules dont le design radial a été choisi par analogie aux arbres pour sa possibilité de coupler au sein d’une même structure (sur chaque branche) différents types de propriété. Elle s’effectue en cotutelle entre la France et le Canada afin de rapprocher les expertises de deux laboratoires en termes d’énergie et stockage de l’information.

Trois thématiques ont été développées. La première consiste à essayer de trouver une alternative aux ressources fossiles (pétrole) en imitant la photosynthèse des plantes dans leur capacité à stocker l’énergie du soleil via la création d’une liaison chimique. Nous travaillons donc à coordonner tous les acteurs nécessaires à la production du dihydrogène. La seconde consiste, par la manipulation d’électrons célibataires, à développer des molécules-aimant, ou de tout petits interrupteurs. Enfin, nous cherchons à coupler ces propriétés pour étudier dans quelles mesures nous pouvons par exemple allumer ou éteindre par nos interrupteurs les phénomènes développés dans la première thématique.