Visuel
Shuai Liang, qui prépare son doctorat à l’Institut des systèmes intelligents et de robotique de l’UPMC

Rencontre avec un doctorant chinois de l’UPMC

Shuai Liang a fait ses études au Harbin Institute of Technology, l’une des meilleures universités chinoises, avec laquelle Sorbonne Universités a noué un partenariat stratégique. Il est un des étudiants bénéficiant d’une bourse du China Scholarship Council pour réaliser leur thèse dans un établissement de Sorbonne Universités. Arrivé en France en septembre 2015, il est doctorant à l’Institut des systèmes intelligents et de robotique (Isir) de l’UPMC.

Quel est le sujet de votre thèse ?

Elle porte sur l’utilisation d’un système robotisé pour réaliser des micro ou nanomanipulations sur des cibles minuscules : par exemple, pour faire une imagerie par balayage de cellules cancéreuses ou pour assembler des composants mécaniques d’une taille de l’ordre du micromètre. 

Pourquoi avoir choisi la France et l’UPMC ?

En premier lieu, parce que je savais que l’UPMC était une des meilleures universités françaises, que j’aurais la chance d’y acquérir les connaissances les plus avancées et d’élargir mes horizons scientifiques. Ensuite, parce que j’aime la culture française. Beaucoup de livres, de films, d’histoires en parlent de manière attractive. Comme je suis très curieux, je voulais voir la vraie France.

Que vous apporte cette expérience dans un laboratoire français ?

Les chercheurs de l’Isir produisent beaucoup d’excellents travaux sur la robotique et apportent une grande contribution dans ce domaine. J’ai beaucoup de chance d’être un des leurs. Je fais ce que j’aime, j’apprends avec des professeurs parmi les meilleurs en robotique. C’est une excellente expérience, qui doit m’aider à acquérir un esprit scientifique rigoureux et qui m’offre un entraînement continu à la résolution de problèmes. Je crois que dans le futur, grâce à cela, je saurai mieux faire face aux difficultés, pas seulement dans la recherche, mais aussi dans ma vie.

Comment s’est passée votre intégration à l’UPMC et à la cité universitaire internationale de Paris ?

J’ai été bien accueilli par les enseignants-chercheurs et les étudiants de l’UPMC. Nous discutons ensemble, nous mangeons ensemble, nous jouons ensemble… Et quand j’ai un problème dans ma vie quotidienne, tous s’empressent de m’aider.

Quant à la cité universitaire internationale, je suis très content d’y vivre. Il y a beaucoup d’opportunités de participer à des activités, de se faire des amis étrangers, de découvrir la culture française et de pratiquer le français.

Quelles sont les principales différences entre la vie à Paris et en Chine ?

Il y a plus de loisirs ici. Ce sur quoi j’aimerais que Paris change, c’est l’ouverture des magasins le dimanche : en Chine, ils sont ouverts et quand les gens sont occupés le samedi, ils peuvent faire des courses le dimanche !

Quel est votre projet professionnel à l’issue du doctorat ?

Je souhaiterais créer une entreprise de robotique, faire quelque chose qui améliorerait vraiment la vie des gens.