Témoignage de deux participants au Business Foundations Certificate

La promotion 2015-2016 du Business Foundations Certificate a fait sa rentrée le 4 septembre. Cette formation, en partenariat avec l’Insead, propose aux jeunes diplômés de master et doctorat des établissements de Sorbonne Universités de compléter leur cursus avec une formation de haut niveau en management des affaires.

Sorbonne Universités a rencontré deux de ces étudiants. L’un est étudiant-ingénieur à l’UTC, l’autre travaille sur les neurosciences à l’UPMC. Portraits.

Trois questions à Pierre Chuniaud, ingénieur à l'UTC

Quel a été ton parcours a Sorbonne Universités, et qu'est-ce que Sorbonne Universités t'a apporté ?

Après 2 années de classe préparatoire aux grandes écoles, j'ai intégré l'Université de Technologie de Compiègne (UTC, membre de Sorbonne Universités). J'y ai réalisé les 3 ans du cycle ingénieur avec une majeure en Génie Mécanique. L'UTC est une école ouverte sur le monde, et à ce titre nous laisse très libre dans nos choix de cours. J'ai ainsi pu compléter la solide formation technique de base avec notamment des modules d'anglais approfondis, de géo-économie, d'interculturalité, ou encore d'art contemporain. Ces dernière années l'UTC est en plein renouveau et en pleine expansion, notamment grâce à des projets soutenus par Sorbonne Universités. Par exemple, l'inauguration l'année dernière d'un Centre d'Innovation sur le campus de Compiègne; véritable interface entre les étudiants et les entreprises au sein d'un écosystème propice à la créativité : fablab et laboratoires, salles de travail connectées, aires de relaxations.
D'un point de vu plus personnel, étant titulaire d'un master délivré par un établissement membre de Sorbonne Universités, j'ai été éligible à une bourse d'excellence pour participer au Business Fondation Certificate (BFC) dispensé par l'INSEAD. Aujourd'hui, c'est cette aide financière qui me permet de prendre part à ce prestigieux programme.

Quel est ton projet professionnel ?

J'ai reçu une solide formation axée sur la transdisciplinarité. Par ailleurs, j'ai réalisé mon premier stage en entreprise d'une durée de 6 mois, en tant que conducteur de travaux sur un vaste projet d'augmentation de la production d'eau potable en Guyane Française. A mon retour, voulant approfondir mes connaissances en gestion de projet, j'ai postulé à la mineure sélective Management de Projets Innovants (MPI). Cette spécialisation nous donne notamment des bases en management, gestion des connaissances et de l'innovation, marketing stratégique et créativité industrielle. C'est donc naturellement que j'ai effectué mon stage de fin d'études de 6 mois sur un projet orienté business : penser, mettre en forme et commercialiser une nouvelle offre pour une start-up spécialisée dans le recrutement de profils juniors. Aussi à l'issue de cette formation complémentaire à l'INSEAD, j'aimerais mettre à profit  mes diverses compétences pour prendre part à des projets d'envergure aussi bien dans le secteur secondaire (industrie) que dans le secteur tertiaire (sur des postes interfaces entre R&D et stratégie, ou encore en gestion de l'innovation). 

Pourquoi une formation en business ? Quelles sont tes attentes sur ce Certificat ?

Le BFC est une belle opportunité de compléter les bases de business que j'ai pu développer pendant ma formation à l'UTC et pendant mon stage de fin d'études. Me doter d'une capacité d'analyse orienté business en complément de mes compétences techniques d'ingénieur, est à mon sens nécessaire pour comprendre la complexité des problématiques d'aujourd'hui. Je crois qu'il y a beaucoup à faire dans les domaines notamment des transports, de la gestion des ressources et des sources d'énergie alternatives.
Dans ce sens, la formation dispensée par l'INSEAD va aiguiser ma capacité d'analyse et renforcer mes compétences opérationnelles.

Trois questions à Vasilisa Skvortosa, docteur en neurosciences

Quel a été ton parcours à Sorbonne Universités et qu’est-ce que Sorbonne Universités t’a apporté ?

Après un parcours international, j’ai fait ma thèse en neurosciences à l’Université Pierre et Marie Curie, avec un focus sur la neuroéconomie, l’apprentissage et la prise de décision. Pendant ma thèse, j’ai eu la chance d’interagir avec des chercheurs et des étudiants de plusieurs équipes au sein de Sorbonne Universités (intelligence artificielle et machine learning, navigation, Motivation Brain et Behavior). J’y ai trouvé un environnent très dynamique et stimulant aux parcours multidisciplinaires et variés. 

Dès le début de la formation doctorale, on entendait parler de la diversification de son projet professionnel afin de continuer sa carrière en dehors de la recherche académique et des moyens de ciseler son expérience académique pour mieux servir le milieu économique. J’ai participé à un certain nombre de formations et ateliers organisés par Sorbonne Universités et j’étais très contente de découvrir le Business Foundation Certificate qui prouve ce qui est fait par Sorbonne Universités en faveur de l’intégration professionnelle des doctorants. 

Quel est ton projet professionnel ?

En ce moment je me vois travailler dans les domaines du consulting scientifique et de l’action publique (public policy).  Pendant ma thèse, j’abordais la problématique d’apprentissage et du calcul “coût-bénéfice” (par exemple, comment on apprend à minimiser les efforts physiques en même temps que de maximiser nos gains) et comment le cerveau implémente ces « computations » importantes pour une prise de décision optimale. Dans le futur, j’aimerais bien appliquer mes connaissances dans les domaines de la théorie de la décision, de la neuroéconomie et de l’analyse des données des problèmes appliqués au business, tels que le développement des stratégies de R&D, l’analyse des marchés, l’optimisation des coûts de la production. Je m’intéresse également à la problématique de la régulation publique (public policy) et à la recherche des formes de régulations qui les rendent plus accessibles et “écologiques” pour être mieux acceptées par la population (par exemple, le développement du “nudging”). 

Pourquoi une formation en business ? Quelles sont tes attentes sur ce Certificat ?

Je cherche comment appliquer mes connaissances académiques aux questions business. En parlant aux chercheurs qui ont réalisé la transition du milieu académique au milieu business, je me suis rendue compte très vite de mon manque profond de vocabulaire et de connaissances de bases sur les finances, les organisations, la création d’entreprises et l’entreprenariat etc. J’attends de la formation BFC qu’elle me permette de mieux comprendre le raisonnement et la logique du monde des affaires. Je suis aussi très curieuse de connaitre les bases en finances et accounting, en « stratégie business » qui peuvent me servir également dans ma vie privée.