Visuel sciences participatives

Pour une science participative, collaborative et partagée : Sorbonne Universités au cœur d’un réseau citoyen pour faire avancer la science

Et si vous deveniez un chercheur-citoyen ? Impliquer les amateurs et passionnés de sciences naturelles dans la recherche scientifique, c’est le principe même des programmes de sciences participatives développés par le Muséum national d’histoire naturelle, établissement membre de Sorbonne Universités.

Regroupés autour d’une vingtaine d’observatoires, ces programmes de recherche s’adressent à tous les citoyens, simples curieux ou experts confirmés et comptent aujourd’hui plus de 15 000 volontaires. Leur mission : surveiller les papillons, recenser les insectes, écouter les chauves-souris, prélever des échantillons d’eau de mer, observer les planètes…

Autant d’images et de données précieuses pour les chercheurs et la communauté scientifique membres de Sorbonne Universités qui analysent ce matériau participatif afin de mieux comprendre la biodiversité et les défis auxquels la nature doit faire face, notamment à cause des changements climatiques.

Découvrez en images quelques unes des initiatives soutenues par Sorbonne Universités !


#1 Vigie Nature : quand les chercheurs et citoyens s’associent pour enrichir l’open data de la nature !

La biodiversité représente une multitude de données et il est difficile pour les chercheurs de parvenir à collecter toutes ces informations sans l’aide des citoyens. Lancé il y a près de 20 ans, le projet scientifique Vigie Nature du Muséum national d’histoire naturelle permet à tous d’apporter sa contribution à la science. En prenant des photos, en récoltant des échantillons ou en transmettant des observations des animaux et des plantes, chaque « scientifique en herbe » contribue à enrichir les données des chercheurs. 

Visuel vigimer

Vigie Nature comprend d’ailleurs d’autres observatoires scientifiques :

  • Passionné par la faune et la flore marines ? Vigie Mer vient renforcer les initiatives citoyennes pour favoriser la recherche en milieu marin. 
  • Intéressé par les comètes ? Vigie Ciel donne la possibilité aux chasseurs de météorites de faire partager leurs observations ! 
  • Et pour que les plus jeunes puissent être initiés à la recherche scientifique, le Muséum organise également des expéditions dans des zones peu explorées [Page en français],  comme au Mozambique, Madagascar ou en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Autant d’initiatives qui permettent de mettre en place des activités nouvelles, motivantes et interdisciplinaires ! 


#2 Les sciences participatives font avancer la science à vitesse grand V !

Ce qui transforme la recherche ? Le nombre et la multiplicité des informations. Informatiser les données de l'herbier du Muséum national d'histoire naturelle à partir de milliers de photos déjà existantes prendrait 500 ans si cela était réalisé par une seule personne !

L'expérience "herbonautes" est une alternative : utiliser la passion de certains internautes pour la botanique pour enrichir une plate-forme de science collaborative. Sous forme de jeu de piste ou de quiz, ce 1er herbier numérique et participatif propose à tous les apprentis botanistes de retranscrire les informations contenues sur les étiquettes de l’herbier national (anciennes, manuscrites et donc illisibles par un logiciel!), pour répertorier le lieu d’origine, le nom du récolteur et la date.

Visuel pour Les sciences participatives font avancer la science à vitesse grand V !

Un projet ludique et pédagogique qui permet à chacun de découvrir la flore et le fonctionnement d’un herbier : près de deux millions de photos ont ainsi été analysées par plus de 2 000 internautes ! 


#3 BirdLab : un serious game pour comprendre la biodiversité !

Devenez ornithologue pendant cinq minutes en jouant sur votre smartphone !

L'application BirdLab lancée par le Muséum national d’histoire naturelle propose de transformer son jardin, son balcon ou sa terrasse en laboratoire scientifique. L’idée ? Installer des mangeoires, suivre en temps réel les allées et venues des oiseaux et transmettre ces observations aux chercheurs. Une expérience scientifique originale qui permet de collecter une grande masse de données sur les habitudes des oiseaux (espèces présentes, répartition selon les régions et les habitats, comportement sociable ou solitaire, compétition pour la nourriture etc.).

Visuel pour BirdLab

Des doutes sur vos connaissances sur les oiseaux ? Avant de jouer à l'apprenti scientifique, BirdLab propose d'améliorer ses connaissances ornithologiques en répondant à des quizz de reconnaissance d'oiseaux à partir de photos. Une manière ludique et interactive de contribuer à la recherche scientifique et de mieux comprendre la biodiversité qui nous entoure !

Visuel du serious game BirdLab

Intéressé(e) par la biodiversité et les sciences en général ? Découvrez les Licences, Master et Doctorats spécialisés dans l’environnement de l’Université Pierre et Marie Curie et de l’Université de Technologie de Compiègne.

Teaser

Pour les plus curieux, une vidéo vous explique comment participer !

TEASER BIRDLAB from SMALL BANG on Vimeo.

#4 - 65 millions d'observateurs : serez-vous le prochain ?

Visuel pour 65 millions d'observateurs

Fort des succès de Vigie Nature et Vigie Nature Ecole, le programme "65 millions d’observateurs" soutenu par la Ministre de l'Écologie, a été lancé par le Muséum national d'histoire naturelle en mars 2015.

L'objectif ? Donner les moyens aux citoyens de participer aux grandes phases de la démarche scientifique – le questionnement, l’analyse des données et le partage d’un socle de connaissances commun – via une encyclopédie interactive et un portail web global où les citoyens et professionnels de la biodiversité (agriculture, gestion d’espaces, foresterie, bâtiment, petite pêche, tourisme, etc.) pourront directement rentrer leurs données et échanger. Les participants au programme « 65 millions d’observateurs » en discutent déjà sur Twitter. 

Et pour appréhender les questions liées à la biodiversité urbaine, Sorbonne Universités organise des séminaires réguliers pour les chercheurs, doctorants et étudiants via son programme Dens’Cité.


#5 Le mobile au service de la qualité de l’air

D’après l’OMS, les pollutions atmosphériques en milieu urbain seraient responsables de plus de 3 millions de décès par an dans le monde ! De quoi s'interroger sur la qualité de l’air que nous respirons. 

Du coup, les étudiants de l’Université Pierre et Marie Curie, établissement membre de Sorbonne Universités, ont eu une idée simple : inviter les citoyens à mesurer en temps réel la pollution atmosphérique sur leur balcon, au pied de leur immeuble ou dans leur jardin et à partager ces données sur la toile. Baptisé « Quel est ton air ? » cet atelier du Fablab de Sorbonne Universités - un programme interdisciplinaire qui encourage les projets d’innovation des étudiants - a permis une collecte d'informations précieuse afin de mettre au point une station portable de mesures environnementales à moindre coût.

Visuel Le mobile au service de la qualité de l'air

Vous souhaitez étudiez davantage l’impact du changement climatique ? Rejoignez l’un de nos nombreux programmes dédiés à l’environnement !