Visuel RV3D

RV3D : la réalité virtuelle pour enseigner une structure anatomique complexe

Grâce à une application de réalité virtuelle et à des impressions en 3D, les étudiants en médecine vont enfin pouvoir appréhender et explorer de façon très concrète ce petit os fort compliqué et crucial qu’est le rocher.

Pour les étudiants, il est très difficile de se représenter concrètement l’anatomie d’un organe dans l’espace à partir des coupes 2D acquises par IRM ou scanner. En 2015, Ticemed, la structure de l’UPMC chargée des technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement médical, a donc tenté une première expérience : reconstituer un cerveau virtuel en 3D à partir d’IRM. Bilan concluant : « C’est extraordinaire !, souligne Dominique Hasboun, directeur de Ticemed. A l’écran, les étudiants peuvent explorer l’intérieur du cerveau : par exemple, enlever un morceau de lobe, puis la substance blanche qui se trouve dessous pour voir les noyaux, les ventricules, etc., ce qui ne serait pas possible en dissection sans tout abîmer. »

Voyage au cœur du rocher

Fin 2015, avec le soutien de Sorbonne Universités, qui encourage le développement de la pédagogie numérique, et en partenariat avec le service d’ORL de la faculté de médecine, Ticemed s’est donc attaqué à un projet plus ardu : RV3D, ou Rocher virtuel 3D. Cette fois, il s’agit en effet de développer une application de réalité virtuelle et ce, pour mieux appréhender la structure anatomique très complexe qu’est le rocher : un petit os situé sur la partie latérale du crâne, au niveau de l’oreille, dont les différentes cavités abritent les organes assurant les fonctions d’audition et d’équilibre (oreilles moyenne et interne). En chaussant un casque de réalité virtuelle pour smartphone, les étudiants pourront ainsi visualiser un rocher dans l’espace de façon très réaliste et voyager à l’intérieur : pénétrer dans chaque cavité, afficher des informations sur l’organe qu’elle contient… 

Des simulations pour former les chirurgiens

Mais ils pourront également observer et manipuler le rocher et ses différents composants imprimés en 3D. « Il est important que les étudiants aient accès à la fois à la réalité virtuelle et aux impressions 3D, explique Dominique Hasboun : même s’ils sont très proches de la réalité, ces deux médias n’en offrent malgré tout qu’une vision réduite et sont donc complémentaires. De plus, RV3D sera utilisé pour former les futurs chirurgiens à la pose d’implants cochléaires destinés à traiter la surdité : l’objectif est qu’ils puissent s’entraîner à cette intervention éventuellement sur le rocher virtuel, mais surtout sur un rocher imprimé en 3D. » Ticemed va donc investir dans une imprimante 3D assez sophistiquée, qui sera mutualisée avec l’antenne UPMC du FabLab de Sorbonne Universités et servira aussi à d’autres initiatives favorisant l’apprentissage par projet.

A terme, le savoir-faire acquis avec RV3D devrait déboucher sur de nouveaux projets de réalité virtuelle en médecine. Mais Ticemed le partagera également avec le Muséum national d’histoire naturelle que de telles applications intéressent, notamment en paléontologie.

Informations pratiques

Contacts

UPMC

Dominique HASBOUN

dominique.hasboun@upmc.fr

Tél : 0642577890