visuel lame virtuelle

Medilame : une banque de lames microscopiques en ligne

Aujourd’hui, les étudiants de médecine de l’UPMC n’observent plus de coupes tissulaires au microscope mais sur des lames numérisées. Pour l’instant, elles ne sont accessibles que sur certains ordinateurs de l’université. Bientôt, ils les visualiseront à distance depuis leur propre ordinateur, tablette ou smartphone. A la clé, un apprentissage plus efficace.

Etude de tissus normaux en histologie, de lésions tissulaires en anatomopathologie ou encore de frottis sanguins en parasitologie : en médecine, les étudiants étaient traditionnellement amenés à observer au microscope des lames de verre contenant des prélèvements biologiques. Depuis une dizaine d’années, la faculté de médecine Pierre et Marie Curie a peu à peu numérisé ces lames qui sont désormais virtuelles et accessibles sur ordinateur, ce qui présente des avantages en termes de coûts (les microscopes sont chers, fragiles, et les lames de verre cassent), mais aussi de pédagogie. A l’écran, il est en effet possible de zoomer sur des détails peu visibles au microscope et d’annoter les lames pour en faciliter la compréhension. En outre, l’enseignant et les étudiants peuvent regarder une même lame en même temps et partager les informations qu’elle apporte, ce qui facilite la transmission des savoirs. 

Un vecteur d’innovations pédagogiques

Seul inconvénient : ces lames virtuelles sont pour l’instant stockées en local sur différents ordinateurs de la faculté de médecine. Les étudiants n’y ont donc pas accès en ligne et lorsqu’il s’agit d’introduire une nouvelle lame dans la base de données, il faut le faire sur l’ensemble des postes de travail. Le projet Medilame, qui associe trois départements de la faculté (histologie, anatomie pathologique, parasitologie), vise donc à centraliser l’ensemble des lames sur un serveur.

Une initiative qui remédiera à ces problèmes, tout en ouvrant la voie à des innovations pédagogiques. C’est pourquoi Medilame a reçu le soutien de Sorbonne Universités, qui encourage le développement du numérique pour favoriser la réussite des étudiants. « Grâce à ce projet, les étudiants de médecine pourront consulter les lames de chez eux, ce qui permettra par exemple de leur proposer des modules en ligne pour préparer les TP avant de les suivre en présentiel, explique Dominique Wendum, professeur à la faculté de médecine et porteuse du projet. Leur apprentissage sera donc plus efficace. Les révisions seront également facilitées : les étudiants pourront les faire chez eux à leur rythme, alors qu’aujourd’hui, nous organisons des séances en présentiel. »

Le défi de Medilame est avant tout technique : les lames pèsent très lourd (plusieurs Go chacune) et il faudra sans doute faire face à des pics de connexions importants en période de révision. Il faut donc dimensionner le serveur, le logiciel de gestion des lames et la bande passante pour supporter ces contraintes.

Une fois le système en place pour la faculté de médecine, l’objectif sera de l’ouvrir à d’autres filières utilisatrices de lames, telles la biologie à l’UPMC et la parasitologie au Muséum national d’Histoire naturelle. Medilame répondra ainsi à un autre enjeu de Sorbonne Universités : encourager les synergies entre établissements et entre disciplines.

Informations pratiques

Contact

UPMC

Dominique WENDUM

0149282181